Le syndrome du tunnel (canal) carpien est une affection de plus en plus courante en Amérique du nord. Nous verrons dans cet article le problème, les sources et les facteurs de risques ainsi que les méthodes de traitement les plus efficaces.

Description du syndrome

Le syndrome du canal carpien est un ensemble de signes associés à la compression du nerf médian au niveau du poignet à l’intérieur du canal carpien. La personne touchée peut ressentir des engourdissements, des fourmillements ou de la douleur au territoire innervé par le nerf. Les doigts touchés sont le pouce, l’index, le majeur et la moitié du quatrième doigt. La personne peut également ressentir une faiblesse de préhension du pouce. Autres symptômes:

  • Douleur nocturne;
  • Engourdissements le matin;
  • Signes présents selon les mouvements durant la journée;
  • Signes présents selon la température.

Tout engourdissement aux mains ne provient pas nécessairement d’une compression nerveuse dans le poignet. Une erreur courante est de croire que tout engourdissement à la main provient du canal carpien. Trois nerfs innervent la main et il n’y a que le nerf médian qui passe à l’intérieur du tunnel carpien. Une compression nerveuse, à n’importe quel endroit le long du trajet d’un de ces nerfs peut donner des engourdissements à la main. Les vertèbres, les muscles du cou, la clavicule sont des exemples potentiels de source compressive. Si vous ressentez des engourdissements aux doigts, contactez votre kinésithérapeute: il testera les différentes causes possibles afin de déterminer la source compressive. Ensuite, il déterminera avec vous la meilleure stratégie d’intervention.

Anatomie et compression

Le poignet est constitué de deux structures principales. Quatre os enlignés perpendiculairement au poignet formant une arche (deuxième rangée du carpe) et fermé par le dessus par le ligament annulaire antérieur du carpe. À l’intérieur du tunnel se trouvent les tendons des fléchisseurs profonds et superficiels des doigts, le tendon du long fléchisseur du pouce et le nerf médian. Il y a donc beaucoup de structures dans un petit espace. Compression : Habituellement la compression provient d’un affaissement de l’arche carpienne. Les os du carpe perdent progressivement leur forme en demi-lune et coincent les structures qui se trouvent à l’intérieur du tunnel. La compression peut aussi provenir d’une inflammation d’une ténosynovite d’un des tendons des fléchisseurs à l’intérieur du tunnel. Cette inflammation amène un gonflement, qui comprime le nerf médian.

Facteurs de risque de la maladie

Les personnens ayant le plus de chance de souffrir de la maladie sont:

  • les travailleurs manuels en préhension (dentistes, artistes, travailleur de la construction, etc.);
  • les gens qui effectuent des gestes répétitifs;
  • les femmes, plus fréquemment;
  • les femmes enceintes (20% des femmes à partir du 6ième mois).

Les facteurs de risque principaux sont :

  • les activités professionnelles apportant un frottement avec appui sur le poignet;
  • les mouvements répétitifs en flexion et extension du poignet;
  • les traumas répétitifs au poignet (fibrose);
  • l’algodystrophie réflexe;
  • une instabilité des os du poignet (suite à une chute, blessure, la pratique de certains sports).

Traitement du syndrome du tunnel carpien

Douleur aiguë : Le drainage lymphatique est la technique idéale pour réduire la douleur et l’oedème si les douleurs sont très aiguës. L’accélération du transit lymphatique aidera à réduire l’inflammation aiguë. Un facteur contribuant à l’augmentation des symptômes est le peu d’espace disponible à l’intérieur du canal carpien. Une inflammation aiguë, source d’oedème, crée une augmentation de volume local, donc une intensification de la pression sur toutes les structures présentes.

Douleur chronique : La kinésithérapie est la technique en thérapie manuelle à privilégier lors du traitement de ce syndrôme. Plusieurs techniques peuvent être appliquées afin de : lever la compression sur nerf médian, mobiliser le poignet afin de favoriser un retour à une mobilité normale, réduire les adhérences au niveau des fascias, assouplir d’éventuels tissus cicatriciels.

Premier rendez-vous : Une évaluation complète sera effectuée lors du premier rendez-vous. Cette évaluation permettra de définir la meilleure stratégie d’intervention pour votre condition particulière, ce qui assurera le maximum d’efficacité au traitement et l’amélioration la plus rapide possible.

Vous souffrez d’un problème de tunnel carpien?

Découvrez la kinésithérapie