Spasme aux muscles de la colonne vertébrale

En lisant cet article, vous en apprendrez d’avantage sur les spasmes à la colonne vertébrale (souvent appelés entorse lombaire ou cervicale). Vous comprendrez mieux les symptômes qui y sont associés, les sources possibles et comment la kinésithérapie peut les traiter.

Description du spasme

Photo des muscles de la colonne vertébrale

Un spasme est une contraction musculaire violente, brusque et involontaire. Au niveau de la colonne vertébrale (rachis), le spasme va affecter les muscles posturaux profonds. Par exemple: le transversaire épineux. Un spasme rachidien survient suite à une stimulation. Une structure souffrante dans le rachis (disque intervertébral, facette articulaire, moëlle épinière, ligament…) stimule un nerf qui a pour fonction de spasmer la musculature, l’objectif étant de bloquer la colonne vertébrale, de l’empêcher de bouger. La logique derrière cette action est simple : si la colonne ne peut plus bouger, la structure souffrante ne risquera pas de se blesser d’avantage par le mouvement du rachis.

Un spasme au dos est très douloureux. Des douleurs de 10 sur une échelle de 1 à 10 ne sont pas rares. La douleur ne se limite pas seulement à la zone spasmée. Toute la musculature environnante à tendance à se contracter. La douleur peut irradier dans n’importe quelle direction. La source du spasme peut être elle-même sans douleur ou sans autre symptôme. À ce moment, seul le spasme nous indique que quelque chose ne fonctionne pas dans le rachis.

La pluspart du temps, le mouvement va être limité. Essayer de forcer la mobilité amène une augmentation intolérable de la douleur.

Si vous souffrez d’un spasme aux muscles de la colonne vertébrale,

vérifiez comment nous pouvons vous aider en cliquant ici ou téléphonez-nous au:

(514) 831-1286

Les sources possibles du spasme

Le spasme peut se présenter sous diverses circonstances. Certaines sont graves, d’autres plutôt anodines.

  • Hernie discale;
  • Impaction facettaire;
  • Coup du lapin (wiplash);
  • DIM (Dérangement intervertébral mineur);
  • Choc direct ou accident;
  • Étirement violent (Golf, Baseball);
  • Déséquilibre biomécanique ou postural;
  • Bloquage sacro-iliaque;
  • Fatigue/épuisement/stress;
  • Maladie;
  • Inflamamtion;

Il existe différents tests qui peuvent indiquer ce qui peut être souffrant dans le rachis. Une consultation avec un médecin est recommandée. En cas de douleur très aïgue, il est impossible d’effectuer convenablement ces tests:  ils seront tous positifs tellement la douleur est intense. L’objectif thérapeutique en spasme aïgu sera de diminuer les douleurs, diminuer le spasme et de supporter les structures environnantes.

Durée des douleurs

Sans traitement, les douleurs plus aiguës peuvent durer plusieures semaines. La kinésithérapie permet de diminuer le temps nécessaire à la disparition du spasme ainsi que l’intensité des douleurs. Le kinésithérapeute pourra aussi vous donner les suggestions les plus pertinentes afin d’éviter que votre condition ne s’aggrave.

Le traitement lorsque les douleurs auront diminuées

Continuer les traitement après la diminution des douleurs est primordial : Ils permettrons de réduire les chances de récidives, de retour du spasme. Un travail très local sera effectué afin de décomprimer la structure ayant amené le spasme. Un travail plus global sera aussi entrepris afin d’améliorer l’équilibre du rachis (sa mobilité, sa relation avec les structures environnantes…) Des conseils de prévention seront aussi donnés. Par exemple, si une arthrose au niveau du bas du dos à amenée le spasme afin de protéger la vertèbre usée, le traitement pourrais se concentrer sur les points suivants:

  • Des manoeuvres de décompression sur les étages vertébraux souffrants;
  • Travail de mobilité des autres vertèbres afin que la vertèbre usée ne soit moins solicitée;
  • Changement de la répartition du poids dans le rachis afin de réduire la pression sur les endroits usés;
  • Démonstration de l’importance d’une perte de poids en relation avec l’arthrose (si nécessaire);
  • Relâchement musculaire local et général;
  • Exercice d’étirement, d’auto-agrandissement et d’auto-entretien;
  • Exercices de sécrétion de liquide synovial afin de nourir l’articulation;
  • Application de chaleur afin de nourir la musculature lombaire par un accroissement de la circulation sanguine;
Consultez la suite de cet article, il parle des spasmes fréquents aux muscles de la colonne vertébrale.

François Grenier, kinésithérapeute et massothérapeute agréé

François Grenier pratique depuis plus de 10 ans. Il peut vous accompagner dès l’apparition d’un spasme jusqu’à la rééducation finale. La clinique est situé à Montréal près du métro Rosemont.



Tags: , ,